Historique

La première apparition de la Franc-Maçonnerie à Épinal date de 1766. On ignore en fait si une Loge fut effectivement créée. En tout cas des Constitutions furent demandées par des militaires alors en garnison à Épinal.

Il existe une lettre conservée aux Archives du G.·. O.·. D.·. F.·. « Nous vous démontrons qu’il est utile pour le bien de l’ART ROYAL d’établir une Loge militaire attachée au régiment de Normandie présentement en garnison à Epinal, et de nommer Maître de cette Loge notre T.·. C.·. F.·. Jean Nicolas Marquis de Rognes, officier au dit Régiment. »

Il est peu probable que cette Loge éphémère, si elle fut installée, ait pu attirer des civils spinaliens.

Cette apparition n’était pas la première dans les Vosges.

Un Atelier exista probablement à Senones. Ce qui est sûr c’est que l’abbé de Chaligny, astronome de la principauté de Salm fréquentait la célèbre « Les 9 soeurs » à l’Orient de Paris.

Une Loge certaine, et bien mieux connue, « Le Parfait Désintéressement », fut fondée à Mirecourt en 1768. Une des notabilités, sinon le Vénérable était Poullain de Grandprey, conventionnel et futur Député de l’Empire.

A la même époque, on signale une Loge probable à Bruyères : « St Jean de la Parfaite Amitié ». L’initiateur en fut très probablement le Comte de Martimprey.

Plusieurs Loges se succédèrent également à Neufchâteau.

Des Loges militaires : « La Parfaite Union », régiment de Royal Champagne Cavalerie 1773 puis la Loge « Maréchal de Saxe » ; régiment de Septimanie-Cavalerie, et enfin une Loge civile « Le Roi Stanislas », issue de la précédente, fondée en 1785.

Pas de mot clef pour cet article